Site en cours de construction

Nature et Patrimoine de Montcarra

Genèse

 Nous sommes en 1835, que diable, et nous n’avons toujours pas d’église et de cimetière à Montcarra !

Nous sommes, nous les montcarradiauds, obligés de nous rendre à la Chapelle de St Chef pour tous les offices et cérémonies religieuses.

Le plus difficile, c’est pour les convois funèbres, qui doivent emprunter la rude montée pour se rendre à St Chef et même avec une halte au sommet, que l’on nomme depuis « la Croix aux Morts », c’est épuisant.

Le village compte près de 600 habitants, nous souhaitons tous avoir notre propre paroisse avec notre église. »

Histoire de l'église

Construction de l’église.

La décision est prise, Montcarra aura son église.

La commune n’est pas riche, alors tous les habitants apportent leur contribution :

  • Les plus riches font des dons ou prêtèrent de l’argent,
  • Monsieur le maire, Joseph TRIPIER, donne une pièce de 10 Francs Or pour chacun de ses enfants et il en a dix !
  • Ceux qui n’ont pas d’argent donnent des journées de travail.

Et enfin, le jour tant attendu arrive, le dimanche 28 janvier 1838, on célèbre la première messe dans l’église de Montcarra.

Le premier baptême, celui de Marguerite Philomène TRIPIER, 11ème enfant de joseph Tripier, notre cher maire. Il a lieu deux jours plus tard , le mardi 30 janvier 1838.

Démolition et reconstruction de l’église.

18 ans se passent et il faut envisager de démolir cet édifice, il est jugé « construite dans de mauvaises conditions de solidité et de convenance ».

Mais la commune n’a pas les moyens de réaliser les travaux de démolition et encore moins de reconstruction.

Le propriétaire du château de Montcarra, Monsieur le marquis Charles de MURINAIS, propose de financer les travaux.

« Monsieur de Murinais est très fortuné, il parait qu’il peut aller de son château de Montcarra à Lyon sans jamais quitter ses terres. »

Les habitants acceptent avec joie cette proposition et décident d’apporter encore une fois leur contribution.

Ils vont entre autre, extraire et transporter les pierres de molasse de la carrière de Bordenoud, située en limite communale de Montcarra et de Vignieu.

Ils vendent les tuiles creuses qui recouvrent l’ancienne église pour financer une partie des nouvelles tuiles plates.

Cette nouvelle église construite d’après les plans de l’architecte Berruyer, est bénie le dimanche 29 mai 1859 et est dédiée à St. François de Sales.

Et c’est celle que vous pouvez contemplez aujourd’hui, avec ses façades de style néo-roman en vogue à la fin du XIXe siècle.

L’église vous accueille avec son portail aux rouleaux massifs retombant sur 2 colonnettes en pierre de taille blanche, surmonté d’un triplet de baies et d’une niche abritant une grande statue de la Vierge, probablement en fonte, le tout est coiffé d’une croix sertie d’un cercle cloutée.

Le clocher

 On démolit l’église en 1857, mais on garde le clocher.

Le clocher d’origine était plus bas qu’aujourd’hui et il y avait un coq au sommet.

Le coq est le symbole de la vigilance avant de représenter la France.

Une vingtaine d’année après la reconstruction de l’église, en 1878, on décide de le rehausser.

Le premier niveau, percé de simples baies, correspond à la partie subsistante du clocher de la première église. On a construit le second niveau, qui est percé de baies plus grandes.

Le clocher est agrémenté de 4 cadrans d’horloge et surmonté d’une flèche en Tuf de 12 mètres, cantonnée de pyramidions et coiffée d’une croix métallique de 137kg.

« Un des ouvriers, Joseph PENET, originaire de Cessieu, a rencontré lors de ces travaux une jeune fille, qu’il épousa et il s’installa à Montcarra. La famille Penet est aujourd’hui toujours présente sur la commune. »

En 1950, la foudre frappe le clocher et fait un grand trou dans la flèche et de nombreuses fissures. Le trou et les fissures sont rebouchés et on installe un paratonnerre.

 

Les cloches.

Qui dit clocher, dit cloches, il y en a deux.

 La Françoise Julie, une petite cloche de 70 cm hauteur et 90 cm de diamètre
qui date de la première église (1838).

Elle porte l’inscription :

« Françoise Julie, je m’appelle
Parrain Antoine Manillat
Marraine Françoise Julie Mollet
Antoine Mollet Curé
Joseph Tripier maire
Burdin Ainé fondeur à Lyon 1838 »

La Burgarelle, une grosse cloche de 85cm de hauteur et 1m de diamètre
elle est installée l’année après le rehaussement du clocher.

Elle porte l’inscription :

« Jeanne Louise
donnée par Jean Louis Burgarel
ancien curé de Saint Savin
Gandil curé
Guillet père et fils
fondeur à Lyon 1868* »

*Il y a une erreur car elle est de 1878.

La Burgarelle

La Burgarelle est un don fait par testament.

Dans une lettre du 18 décembre 1872, on apprend que le testament de Jean-Louis Burgarel, stipule :

« Je donne mon âme à Dieu. Je nomme pour mes exécuteurs testamentaires Messieurs Gandy curé de Montcarra et Etienne Fiat du même lieu que je prie d'accepter cet embarras en mémoire de moi ; je compte sur leurs bontés et amitié. Pour les dédommager de leur peine, ils prendront, si j'en laisse, chacun cinquante bouteilles de vin. [...] Je fais don à l'église de Montcarra d'une cloche d'environ treize quintaux qu'on nommera, si l'on veut, La Burgarelle, qui aura pour inscription : Jeanne-Louise, don de Burgarel ex curé de Saint-Savin avec le millésime,[] De faire célébrer tous les ans, à toujours, un service anniversaire. On sonnera, il va sans dire la Burgarelle quand sera le service ».

Table des matières

Visite de l'intérieur